Sélectionner une page

Orgasme avec le chocolat

Récit érotique à deux | 0 commentaires

C’était une soirée mémorable et pleine de surprises alors que nous allions manger à l’italienne. Catherine était vêtue d’une robe noire qui soulignait ses moindres courbes et bruissait légèrement lorsqu’elle s’est dirigée vers la table pour s’asseoir. Comme je suis un gentleman, j’ai tiré sa chaise et j’ai attendu qu’elle soit assise. Puis j’ai pris ma place. C’est alors qu’il a remarqué et a été captivé par ses yeux. Ses yeux étaient aussi sombres qu’un trou noir d’où rien ne peut s’échapper, pas même la lumière elle-même. Ils m’hypnotisaient toujours quand je les regardais.

Mais ce soir, ils étaient quelque peu différents. Ils étaient séduisants et attirants d’une façon qui le poussait à se demander ce qu’elle pensait. Ses espoirs se sont envolés, mais ils ont été anéantis lorsqu’il s’est rendu compte qu’ils avaient déjà discuté de la possibilité de faire l’amour et qu’elle avait voulu attendre le bon moment. Mais il était toujours impuissant à détourner son regard de ces yeux.

La serveuse arriva, rompant la connexion momentanée qu’il avait avec elle. « Puis-je vous apporter vos boissons, et voulez-vous connaître les plats du jour pour la soirée ? ».

« Je prendrai un vin blanc. »

« Je prendrai la même chose. » Elle a dit.

Puis la serveuse nous a laissés seuls et il a jeté un coup d’œil dans sa direction alors qu’elle lui souriait. Le sourire de Catherine était captivant, mais pas comme ses yeux. Ce soir, elle portait un rouge à lèvres rouge de la couleur du feu cramoisi et son sourire était espiègle. Elle le regardait en haussant les sourcils, et il pensait : « Bon sang, elle a toujours su lire en lui. »

Les lumières étaient basses et la lumière des bougies était le seul éclairage de notre (leur) table, ce qui créait une atmosphère proche et intime. On remarquait à peine les autres clients assis à des tables un peu plus éloignées. Puis son expression change et devient enjouée lorsqu’elle se penche pour chuchoter. « J’ai une surprise pour toi ».  » Rapproche-toi.  »

Alors qu’il se penche en avant, elle se penche en arrière et tire légèrement sa chaise. D’un geste rapide et discret, elle relève l’ourlet de sa robe révélant qu’elle ne portait pas de sous-vêtements en lui montrant sa chatte toute lisse.

Puis elle est de retour à la table comme si rien ne s’était passé. Et elle demande en souriant .

« Surpris ? »

Il était abasourdi, sans voix et excité au-delà des mots il essaie de rassembler ses pensées pour répondre. Il n’y arrive pas, alors il tend plutôt son verre et manque de le renverser.

La serveuse est ensuite arrivée avec nos boissons et a pris nos commandes. Catherine a siroté son vin tranquillement, comme si de rien n’était. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui sourire, incrédule. Nous avons ensuite entamé une petite conversation, mais je ne me souviens pas de ce qui s’est dit.

Lorsque le repas est arrivé, je n’avais pas faim mais elle m’a encouragé à manger quand même en me promettant d’autres surprises à venir.

La serveuse revient et Catherine dit rapidement .

« Surprise numéro 2. »

Elle demande à la serveuse des fraises et du sirop de chocolat à emporter. Elle dit à la serveuse. « C’est mon dessert préféré, mais je ne pourrais plus en manger maintenant ». Puis elle lui sourit.

Il paie l’addition et nous nous dirigeons vers la porte avec une boîte de taille moyenne de fraises et de chocolat. Une fois dans la voiture, elle s’attendait à ce que je perde tout contrôle et que je la fasse monter dans la voiture. Mais il reprend ses esprits alors qu’ils ont quitté le restaurant. Et elle ne le savait pas mais il avait une surprise de son côté.

Alors qu’il quitte le parking, elle recommence à le taquiner en relevant sa robe petit à petit en le distrayant.

« Arrête ça. » Dit-il.

« Non. »

Elle soulève alors la robe plus haut en lui donnant plus à voir à chaque fois. Elle sait qu’il aime être taquiné et elle ne s’arrêtera pas, quoi qu’il dise.

Au prochain arrêt, il fait volte-face et tend sa main droite vers elle et caresse légèrement et lentement l’intérieur de sa cuisse. Sa main se rapproche de sa chatte, mais il se retire au dernier moment. Elle se penche vers l’avant, impatiente d’être touchée, mais il ne le permet pas. Appréciant ce petit jeu, il lui sourit et dit.

« Nous sommes presque à la maison. »

Elle lui adresse un sourire de séduction enjoué et dit « d’accord ».

Puis nous passons l’intersection et commençons à nous diriger vers la maison. Pensant que le jeu était terminé et qu’elle attendra que nous arrivions à la maison, il se détend. Mais elle lui montre qu’elle a une dernière carte à jouer. Elle tend sa main gauche vers lui et, sans aucune hésitation, lui attrape l’entrejambe et lui demande.

« Tu peux attendre aussi longtemps ? » Elle lui sourit diaboliquement.

Il lutte pour garder le contrôle de la voiture, tout juste si elle reste sur la route. Elle rit car elle sait qu’elle a gagné. Mais la maison apparaît alors devant lui et il accélère juste un peu alors qu’elle commence à frotter plus vigoureusement le bourrelet de son pantalon.

Il engage la voiture dans l’allée et coupe le contact. Elle ouvre la portière et sort de la voiture en se dirigeant vers la porte. Il se calme puis sort de la voiture sans oublier le dessert et se dirige vers la porte où elle l’attend avec ce même sourire. Incapable d’attendre plus longtemps, il l’attrape et la prend dans ses bras en la tenant près de son visage. Il attend juste un instant que leurs bouches se touchent à peine, profitant de son excitation. « J’ai une surprise pour toi à l’étage. »

Elle le regarde avec une certaine frustration. Avec un sourire pervers, il lui dit : « Fais-moi confiance. »

Il ouvre la porte et la conduit habilement à l’intérieur. Et il lui dit .

« Attends un moment pendant que je monte faire quelques préparatifs de dernière minute ».

Elle a l’air un peu inquiète mais cède, et c’est parti en portant la boîte de fraises et de sirop de chocolat. Une fois à l’étage, il est entré dans la chambre pour mettre la dernière main à sa surprise.

Puis il est descendu dans les escaliers.

« Tout est prêt. »

Elle commence à monter les marches avec une grâce et une beauté qui l’ont toujours fait s’émerveiller du génie des dieux lorsqu’ils ont créé les femmes. Une fois à l’extérieur de la pièce, il lui dit aussi.

« Ferme les yeux »

« Pourquoi ? »

« Parce que.

Elle se tient là, un peu provocante, essayant de prendre l’avantage sur lui. Même si elle sait qu’elle l’a eu dès la première fois qu’elle a souri et qu’il l’a regardé dans les yeux. Mais elle sait aussi qu’il aime ces petits jeux et qu’il ne cédera pas si facilement cette fois-ci. Alors, elle ferme les yeux et dit.

« Montre-moi le chemin. »

Il ouvre la porte et la prend par les mains pour la conduire dans la pièce et referme la porte derrière eux.

« Ok maintenant tu peux ouvrir les yeux. » Ses yeux ont besoin d’un moment pour s’adapter à la douce lueur des dizaines et des dizaines de bougies placées dans toute la pièce, sur toutes les surfaces disponibles. Elle remarque même que des bougies plus grosses ont été placées avec soin sur des assiettes décoratives posées sur le sol, au pied du lit. Elle remarque ensuite les pétales de rose à ses pieds qui marquent un petit chemin vers le lit recouvert de draps de satin, et sur la table de nuit, elle voit les fraises dans un plat et le sirop de chocolat dans un autre. Elle se retourne et lui sourit. Il la prend dans ses bras et l’attire fermement contre son corps. Elle se rapproche de lui et ses lèvres se touchent à peine pendant un moment qui dure une éternité. Puis ils s’embrassent. Le baiser était comme le premier goût du vin qui traverse les lèvres desséchées après avoir été perdu dans le désert, et qui désaltère l’âme.

Il commence à défaire le dos de sa robe, ce qui permet à la robe de glisser de son corps jusqu’au sol. Elle enlève ses chaussures et le conduit jusqu’au lit. Elle s’attarde juste un peu pour apprécier la sensation de la texture veloutée des pétales sous ses pieds.

À côté du lit, elle attrape une fraise et la trempe dans le chocolat, puis en prend une bouchée. Elle laisse une trace de chocolat sur ses lèvres. Il se penche et l’embrasse à ce moment-là pour goûter le chocolat. Ses lèvres s’écartent légèrement, ce qui lui permet d’avoir le goût exquis d’elle, du chocolat et de la fraise en même temps.

Perdu dans cette seconde, il ne remarque pas que sa chemise est par terre, ainsi que son pantalon. Ils se séparent pour qu’elle puisse s’allonger sur le lit et profiter de la douceur des draps contre sa peau lisse. La lumière des bougies vacille et danse sur les courbes de son corps. Elle le regarde d’un air séducteur, souhaitant qu’il la prenne tout de suite, mais il résiste.

Il attrape une autre fraise et fait la même chose qu’elle, mais cette fois, il place la fraise dans sa bouche et l’embrasse. Ils alternent avec chaque fraise jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une. Il trempe celle-ci dans le chocolat et la frotte sur ses lèvres en les couvrant de chocolat. Il la trempe à nouveau dans le chocolat et utilise la fraise pour tracer le contour de chacun de ses mamelons

Il trempe une dernière fois la fraise dans le chocolat et enduit le fruit de chocolat, puis trace une ligne de son sein jusqu’à ses autres lèvres et les recouvre de chocolat. Il commence à plonger la fraise en elle.

Elle se tortille à cause de l’étrange sensation et se lèche les lèvres en goûtant le chocolat. Elle émet un son doux.

Il plonge la fraise une dernière fois, puis la fait éclater dans sa bouche et en savoure la saveur et le jus avant de la dévorer.

Il s’abaisse ensuite devant sa motte humide. Il commence par embrasser fermement l’intérieur de sa cuisse. Elle ferme les yeux et se concentre sur ses lèvres alors qu’il commence à taquiner ses zones érogènes. Sa langue est en elle. Lentement d’abord, pour profiter de son goût et de celui du chocolat. Sa bite devient plus rapide à mesure qu’il sent son excitation grandissante. Il essaie de lécher chaque parcelle d’elle pour enlever le chocolat avant qu’elle ne jouisse.

Elle commence à trembler et à frissonner tandis que des vagues de plaisir se répercutent dans tout son corps. Il ne s’arrête que lorsque son corps commence à se calmer. Il reprend son souffle un instant et commence à lécher la ligne de sirop qui part de son sexe jusqu’à ses mamelons. Il finit de lécher le chocolat sans en perdre une goutte. Il lève les yeux vers elle et sourit avec une satisfaction haletante. Elle le regarde avec un feu inextinguible dans les yeux et enroule ses jambes autour de lui pour essayer de le faire entrer en elle.

Il saisit ses hanches de ses mains puissantes et la fait rouler doucement sur lui. Elle prend ensuite les devants alors qu’il s’allonge sur le dos. Elle le prend en elle et il laisse échapper un doux gémissement en sentant son étreinte soyeuse. Elle commence à bouger lentement en appréciant le frottement à l’intérieur d’elle. Il caresse son corps et observe le doux scintillement sur son corps de la dernière bougie sur le point de s’éteindre. Ses mouvements s’accélèrent, car elle est sur le point d’atteindre l’apogée. Elle appuie fermement ses mains sur sa poitrine et y enfonce ses ongles. Elle est en plein contrôle. Elle est implacable et il ne peut pas s’échapper alors qu’il sent que le moment de l’apogée est arrivé. Après quelques secondes, ils crient tous les deux en même temps, un instant de folie et de joie, et leurs corps tremblent sous l’effet de la libération de l’orgasme de l’un et de l’autre. Puis la dernière bougie s’éteint.

D’autres histoires érotiques à lire :

Un amant pour une épouse trop gentille

Un amant pour une épouse trop gentille

Mélanie Sipouncinni s'est agrippée à la tête de lit et a cambré le dos pendant que son mari l'amenait à un orgasme incroyable avec sa langue. Il a continué à lécher sa chatte alors que les vagues de son orgasme déferlaient sur son corps et que ses cuisses se...

Etudiante soumise à professeur dominant

Etudiante soumise à professeur dominant

Le sourire qu'elle arborait devait être ce qui la trahissait. Ça, ou bien le léger remuement sur sa chaise accompagné d'un coup d'œil peu fréquent de ses genoux vers l'avant de la salle, dans une piètre tentative pour donner l'impression qu'elle était attentive. M....

La jeune voisine a besoin de moi

La jeune voisine a besoin de moi

Noémie était la fille d'à côté - littéralement. Ses parents ont emménagé à côté de chez moi juste après que j'ai acheté mon propre appartement et je l'ai effectivement vue grandir, passant d'un peu garçon manqué à une gentille jeune femme. Actuellement, elle a un peu...

Blondinette exhibitionniste toute chaude pour la dernière

Blondinette exhibitionniste toute chaude pour la dernière

Un groupe de travail a été formé et nous jouons une série de reprises (une vingtaine que nous connaissons et quelques autres que nous pourrons faire passer si nous jouons assez fort) depuis une scène louée d'environ 60cm de haut. L'une des jeunes femmes présentes est...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-nous sur Amazon