Sélectionner une page

Ma copine réalise enfin ses fantasmes

Récit érotique à deux | 0 commentaires

Amélie n’était pas vraiment du genre dominatrice, c’était en fait une « fille d’à côté » très timide. Elle aimait le sexe, mais n’en prenait jamais l’initiative et n’exprimait jamais de fantasmes. Même si elle voulait quelque chose en particulier (sexuellement parlant), elle ne le disait jamais, mais attendait que je le découvre et que je lui propose. Même le sexe oral – qu’elle adorait – elle ne pouvait pas supporter de le demander.

 

Sa timidité était à la fois mignonne et angoissante. Chaque fois que je lui demandais si elle voulait essayer quelque chose de différent, elle me disait que tout ce que nous faisions était génial, mais je voyais bien qu’elle se retenait. Il était évident qu’il y avait un tigre sexuel caché qui attendait de sortir d’elle.

 

Alors que j’essayais d’explorer les possibilités de ses fantasmes secrets, elle essayait volontiers tout ce que je lui suggérais, mais refusait toujours de le demander elle-même, même si elle ajoutait souvent : « J’ai toujours voulu essayer ça ! ».

 

La nouveauté dans notre vie sexuelle était le strap-on. J’ai toujours aimé les jeux anaux. Cela a commencé avec mon ex-petite amie qui me doigtait le cul pendant les fellations et le 69. Une fois cette relation terminée, la sensation d’un doigt dans le cul me manquant, j’ai essayé les plugs anaux. Ma copine suivante s’y est mise et m’a bientôt fait accepter des godemichés, puis un strapon.

 

Au cours de mes diverses escapades sexuelles avec Amélie, je lui ai avoué que j’appréciais une bonne séance de gode-ceinture et je lui ai demandé si elle serait prête à essayer, et comme d’habitude, son visage s’est illuminé en exprimant que cela avait toujours été un de ses fantasmes.

 

Avec chaque acte tabou que nous avons essayé, notre vie sexuelle, déjà géniale, s’est améliorée.

 

Hier soir, après le dîner d’un ami, nous avons décidé de poursuivre notre propre fête en ouvrant une bouteille de vin. Puis une autre. Mélangé aux boissons que nous avions prises plus tôt, nous étions tous les deux plus enivrés que nous ne l’avions été depuis très, très longtemps.

 

L’ivresse a conduit à la frénésie, et nous nous sommes bientôt retrouvés au lit, en train de faire l’amour de toutes les manières possibles et imaginables. La caméra vidéo tournait, comme c’est souvent le cas lorsque nous nous sentons pervers. Sous l’effet de l’alcool, Amélie s’est sentie plus téméraire que je ne l’avais jamais vue et, pour la première fois, elle a fait preuve d’un peu d’agressivité.

 

Amélie a interrompu notre séance de 69 en se dirigeant vers la commode et en tirant le tiroir du bas, derrière lequel se trouvait un sac contenant nos jouets sexuels. Elle a sorti son harnais à lanières et y a fixé son gode-ceinture très réaliste (même si très long). Ce n’était pas inhabituel, mais alors qu’elle s’approchait du lit avec sa bite en caoutchouc sortant d’entre ses jambes, ce qu’elle a dit ensuite ne ressemblait pas du tout à Amélie :

 

 » Mets-toi à genoux et suce ma bite en caoutchouc « , a-t-elle ordonné.

 

Je suis resté là, stupéfait par son assurance soudaine, me demandant si je l’avais bien entendue. Son ordre suivant, « suce-la maintenant ! », était la preuve évidente que j’avais bien entendu. Je suis descendu du lit, je me suis agenouillé sur le sol et j’ai saisi son gode. J’ai pensé à toutes les pipes que j’avais reçues et j’ai essayé d’imiter les techniques que j’avais appréciées. J’ai passé ma langue sous la tête de son gode et j’ai glissé ma langue le long des côtés avant d’enrouler mes lèvres autour du gland et de me balancer sur la bite en plastique d’Amélie. Elle a attrapé ma tête et l’a guidée de haut en bas.

 

Sa bouche émettait toutes sortes de commentaires et d’ordres qui ne ressemblaient pas à ceux d’Amélie, comme  » Oooh ouais, c’est super de te voir me sucer ».

 

Je me suis mis à quatre pattes sur le lit et j’ai senti le lubrifiant chaud couler entre mes fesses, puis elle a frotté la tête de son gode autour de mon ouverture fripée, l’enduisant de lubrifiant. Déjà un peu relâché par le fait qu’elle m’avait enculé avec ses doigts pendant que je faisais le 69, le godemiché s’est introduit facilement.

 

La première pénétration est toujours très difficile pour moi et elle sait à chaque fois qu’il faut me laisser quelques secondes pour l’accepter. Après avoir surmonté la sensation initiale de pénétration, j’ai dit « ok, baise-moi ».

 

Elle commençait toujours lentement et accélérait au fur et à mesure, mais cette fois-ci, elle a ajouté de nouvelles expériences, notamment lorsqu’elle s’est approchée de ma bite et a dit :

 

« Ooohh, c’est tellement mouillé de pré-cum, tu es trempé. »

 

Elle a frotté sa main tout autour du gland, puis a lâché ma bite et a porté sa main à mon visage.

 

« Goûte ton pré-cum, mange-le ! » m’a-t-elle ordonné.

 

J’ai obéi avec joie et, tout en la suçant, j’ai senti son gode m’enfoncer le cul, ce qui a été renforcé par une nouvelle facette d’elle lorsqu’elle m’a frappé le cul avec son autre main et m’a appelé son « petit baiseur ».

 

Elle m’a demandé si j’aimais la sucer, ce à quoi j’ai répondu par un grognement. Elle m’a demandé si j’aimais le goût de mon précum, ce à quoi j’ai répondu par l’affirmative. Puis, alors qu’elle déplaçait ses deux mains sur mes hanches et me frappait le cul de plus en plus fort, pendant que je me branlais, elle m’a demandé si j’aimais me faire enculer, ce à quoi j’ai répondu avec un grand « Oh putain oui, j’adore ça ! ».

 

Je savais que j’allais bientôt jouir et je voulais la regarder dans les yeux quand cela arriverait. Je me suis allongé sur le dos et j’ai senti son gode se remettre en place pendant qu’elle tenait mes jambes en l’air, ses mains s’enroulant autour de mes chevilles. Elle m’a dit de lever mon cul un peu plus haut et, tandis que ma main continuait à pomper ma bite, elle m’a demandé si j’allais jouir.

 

Quand je lui ai dit que j’étais proche, elle m’a dit qu’elle voulait que j’ouvre la bouche et que j’essaie d’éjaculer sur mon visage et de l’attraper avec ma langue. Je me sentais trop bien pour protester, alors j’ai levé la tête et j’ai essayé de pointer ma bite vers mon visage.

 

En quelques secondes, j’ai ressenti la sensation familière d’un orgasme imminent. Elle a saisi ma bite en repoussant ma main et m’a donné l’orgasme le plus intense que j’aie jamais connu.

 

Amélie savait exactement comment presser et où appliquer la pression pour que mon sperme jaillisse comme un projectile. La première éclaboussure a touché ma joue, mais la suivante s’est propulsée dans ma bouche. La suivante a touché mon menton et le reste sur ma poitrine et mon estomac.

 

Le goût était salé, mais étonnamment pas désagréable du tout. En fait, je devais admettre que je l’appréciais, et alors qu’elle retirait son gode de mon cul, j’ai ramené plus de sperme de mon estomac sur mon doigt et dans ma bouche.

 

« C’est tellement chaud », a dit Amélie. « Mange-le, mange ton sperme chaud et délicieux », a-t-elle ajouté tout en utilisant son doigt et sa langue pour en ramasser davantage et me nourrir de mon propre sperme.

 

Nous nous sommes embrassées profondément, mon jus éclaboussant nos bouches jusqu’à ce que j’en avale la dernière goutte. Nous sommes restés immobiles pendant quelques minutes. J’ai porté mes mains à ma tête et j’ai dit :

 

« Wow ! Qu’est-ce qui t’a pris ? »

 

« Je ne sais pas, j’ai juste décidé de me détendre et d’aller au bout de mes envies », a-t-elle expliqué. « Ça t’a plu ? »

 

« Tu es folle ? J’ai adoré chaque seconde ! » Je me suis exclamé.

 

Estimant que l’alcool avait joué un rôle important dans son affirmation soudaine, j’ai décidé d’explorer d’autres de ses fantasmes secrets avant que l’effet de l’alcool ne se dissipe.

 

« Tu as d’autres désirs que tu veux laisser libre cours à ton imagination ? lui ai-je demandé timidement.

 

« Eh bien, oui, il y en a un », a-t-elle répondu docilement. Je craignais qu’elle ne redevienne timide comme à l’accoutumée, alors je lui ai rapidement demandé de quoi il s’agissait. Elle a hésité, et j’ai senti que j’étais en train de perdre la soudaine agressivité d’Amélie. J’ai continué à demander – à harceler, en fait – jusqu’à ce qu’elle cède enfin et me confie son fantasme secret. C’était tout simplement choquant.

D’autres histoires érotiques à lire :

Un amant pour une épouse trop gentille

Un amant pour une épouse trop gentille

Mélanie Sipouncinni s'est agrippée à la tête de lit et a cambré le dos pendant que son mari l'amenait à un orgasme incroyable avec sa langue. Il a continué à lécher sa chatte alors que les vagues de son orgasme déferlaient sur son corps et que ses cuisses se...

Etudiante soumise à professeur dominant

Etudiante soumise à professeur dominant

Le sourire qu'elle arborait devait être ce qui la trahissait. Ça, ou bien le léger remuement sur sa chaise accompagné d'un coup d'œil peu fréquent de ses genoux vers l'avant de la salle, dans une piètre tentative pour donner l'impression qu'elle était attentive. M....

La jeune voisine a besoin de moi

La jeune voisine a besoin de moi

Noémie était la fille d'à côté - littéralement. Ses parents ont emménagé à côté de chez moi juste après que j'ai acheté mon propre appartement et je l'ai effectivement vue grandir, passant d'un peu garçon manqué à une gentille jeune femme. Actuellement, elle a un peu...

Orgasme avec le chocolat

Orgasme avec le chocolat

C'était une soirée mémorable et pleine de surprises alors que nous allions manger à l'italienne. Catherine était vêtue d'une robe noire qui soulignait ses moindres courbes et bruissait légèrement lorsqu'elle s'est dirigée vers la table pour s'asseoir. Comme je suis un...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-nous sur Amazon