Sélectionner une page

Epouse dominatrice tourmente son nouveau mari soumis

Récit érotique à deux | 0 commentaires

« Es-tu mon bon garçon ? » Elle lui chuchote en s’asseyant à côté de lui sur le lit. Il a acquiescé rapidement, gémissant à travers le bâillon qu’il avait dans la bouche. Son membre, encagé, était également impatient, sautant et palpitant à chaque petit contact qu’elle lui donnait. Elle ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça mignon.

« Tu es un si bon garçon pour moi, et si je te laissais sortir pour te récompenser ? ». Elle lui sourit en se déplaçant entre ses jambes sur le lit. Ses yeux étaient verrouillés sur la clé qu’elle avait accrochée à son cou, posée entre ses seins. Il remua les hanches en signe d’impatience, ce qui lui valut une petite claque sur la cuisse. « Hé, maintenant ! Les bons garçons sont patients ! » Il acquiesça, vaincu, et resta immobile. Il observa attentivement la clé qu’elle avait autour du cou et la glissa dans la serrure. Avec un tour et un clic, le soulagement s’est emparé de son visage.

« Maintenant, laisse-moi m’occuper de toi », roucoule-t-elle en admirant son membre libéré. Son impatience était évidente, il n’a pas fallu longtemps pour que sa virilité grandisse et se dresse fièrement. « Regarde-toi, si sensible… » murmuraient ses lèvres, alors qu’elle se penchait pour donner de doux baisers le long de sa hampe, « Je parie que tu es déjà sur les nerfs, n’est-ce pas ? » Elle a pressé sa langue sur la face inférieure, savourant la sensation de son membre palpitant. Cela lui arracha un profond gémissement, et il écarta encore plus les jambes pour lui donner plus d’accès. Un léchage lent est tout ce qu’il faut pour qu’il soit à bout de nerfs, laissant échapper du précum et se tortillant comme un fou. « Maintenant, maintenant », elle s’est retirée avant qu’il n’ait fini, ce qui a provoqué un gémissement de protestation, « Tu penses vraiment que je vais te laisser finir aussi vite ? Après tout ce qui s’est passé cette semaine ? » Elle lui rit au nez, « Garde tes jambes écartées pour moi et ne finis pas tant que je ne te le dis pas. Compris ? »

Il semble frustré, mais acquiesce. Elle s’est approchée de lui pour déposer un doux baiser sur son front : « Très bien. Je t’aime tellement ! » Revenant entre ses jambes, elle le saisit dans ses mains, déplaçant méticuleusement ses doigts sur chaque courbe et chaque veine de sa circonférence. Elle voulait mémoriser chaque centimètre de lui, aimant sa forme et la façon dont il se sentait. L’épouse dominatrice n’arrivait pas à croire qu’il ait accepté de faire cela, lui qui était d’habitude si dominant. Cette idée lui paraissait presque idiote, compte tenu de sa petite taille et de son air bourru. En le voyant maintenant, attaché, rougissant, bâillonné, désespéré par son contact, elle avait du mal à y croire.

voir ainsi son mari soumis exposé lui donnait le vertige de la convoitise. Elle ne pouvait s’empêcher de le prendre entre ses lèvres, de le goûter et de le sentir avec sa langue. Ses hanches tressautaient à chaque mouvement, essayant de s’enfoncer plus profondément dans sa bouche. Elle se rendit compte que même un court laps de temps serait trop long et releva la tête en lui souriant. Une fois que sa respiration s’est un peu calmée, il l’a regardée, frustré et désespéré. La dominatrice s’en délecta, le suçant un court instant et s’arrêtant avant qu’il ne parvienne à cette extrémité. Elle pouvait entendre ses jurons étouffés chaque fois qu’elle s’arrêtait, et cela lui procurait une joie qu’elle n’avait jamais ressentie auparavant. D’une certaine façon, c’était presque une dépendance.

Elle avait perdu le compte du nombre de fois où elle l’avait amené au bord de l’éjaculation, et pourtant elle avait remarqué qu’il tirait plus fort sur ses liens et qu’il gémissait davantage dans son bâillon. Elle rit un peu pour elle-même, trouvant ce désespoir tout à fait charmant. « Tu aimes être dominé comme ça, n’est-ce pas ? Que ton épouse te donne des ordres ? » Elle s’est redressée, profitant de la vue de son mari impuissant et rougissant. « Tu es si près de la libération, je parie que ça te rend fou… » Elle lui sourit en traçant du doigt l’une des veines de son membre. Il n’a pu que hocher la tête en réponse.

« Maintenant, comment dois-je te finir ? Je me demande…. » Elle pouvait utiliser sa bouche comme il le souhaitait visiblement, mais elle ne pouvait pas ignorer la luxure qui montait dans son propre corps. Elle a chevauché ses hanches, pour son plus grand plaisir, et s’est positionnée au-dessus de lui, lui faisant sentir à quel point elle était mouillée. Elle le sentit frémir, sensible même à de petits contacts comme celui-là. « Comme ça ? » Elle lui chuchote à l’oreille. Il ne put que gémir pathétiquement et acquiescer. Elle se pencha et mordit son cou tout en abaissant ses hanches, le prenant aussi profondément qu’elle le pouvait.

Ses hanches se soulevèrent, essayant de s’enfoncer encore plus profondément dans sa chaleur. Elle sentait son sexe palpiter comme un fou à l’intérieur d’elle, et cela l’excitait encore plus. Elle se redressa sur ses hanches, regardant son visage rouge vif et sa poitrine qui se soulevait, « Tu es si proche… » Je parie que je n’ai même pas besoin de bouger pour te faire jouir à ce stade », lui dit-elle en riant. Il avait l’air complètement perdu dans ce plaisir douloureux, ses yeux se révulsaient, la bave imbibait son bâillon, son corps était couvert d’une couche de sueur. Elle éprouva un peu de sympathie et décida de mettre fin à son supplice.

« Tu as été un si bon garçon pour moi ! Je vais t’enlever ton bâillon, mais tu dois gémir dans ma bouche pendant que tu jouis… compris ? » Elle lui chuchote en passant la main derrière sa tête pour le détacher. Il acquiesça et l’embrassa avidement dès que ses lèvres furent libres. Ses grognements et ses gémissements étaient enivrants, la poussant à bouger ses hanches plus rapidement sur lui. Elle pouvait le sentir se crisper sous elle, chaque poussée le poussant de plus en plus loin. Il essaya de s’éloigner du baiser pour crier alors que son orgasme commençait à le submerger. Elle saisit avec force son visage dans sa main et le maintint en place tandis qu’elle l’embrassait profondément, se délectant de ses gémissements. Il lutta contre son baiser et l’intensité de sa chevauchée, sa virilité étant devenue excessivement sensible. Il ne pouvait plus tenir et pleurait sur ses lèvres, laissant son corps succomber à son plaisir. Elle sentit son membre au plus profond d’elle-même, palpitant régulièrement, déversant son amour en elle. Elle continua à broyer ses hanches tremblantes, s’assurant qu’il laissait sortir tout ce qu’il avait économisé, se délectant de la chaleur qu’elle sentait à l’intérieur d’elle.

Ses palpitations ont ralenti et elle l’a finalement autorisé à rompre le baiser. Elle le regarda, épuisé et satisfait comme il ne l’avait jamais été auparavant ; son visage était rouge comme de la betterave, sa poitrine se soulevait, ses jambes et ses hanches tremblaient sous elle. Elle s’allongea sur lui, posant son corps contre le sien. « Alors…. c’était comment ? » Elle glousse.

Il a pris une seconde pour reprendre son souffle, mais même là, il avait du mal à garder une pensée cohérente, « Just….wow… »

Elle s’est éloignée de lui avec précaution et a lentement détaché ses liens, laissant de petits baisers là où la corde le retenait. « Je suppose que c’était bon alors ? Encore un peu ? » Elle sourit gentiment et s’allongea à côté de lui, l’attirant dans ses bras et laissant sa tête reposer contre sa douce poitrine.

« Je ne sais pas si je serai prête à recommencer tout de suite… mais… j’aimerais bien… peut-être… » Il était gêné d’admettre à quel point il se sentait bien. Donner le contrôle comme ça lui semblait si étranger. La façon dont elle exerçait son pouvoir sur lui et le traitait si gentiment… il pourrait vraiment s’y habituer.

« Eh bien, j’ai adoré », dit-elle en déposant de petits baisers sur son visage et en lui caressant doucement les cheveux, « Tu t’es si bien débrouillé pour moi, et j’ai eu beaucoup de plaisir à jouer avec toi. Peut-être que la prochaine fois, je te garderai enfermé pendant deux semaines à la place, hein ? » Elle le taquine.

« Erm….nous verrons bien », dit-il en riant nerveusement.

« Eh bien, à petits pas alors », sourit-elle gentiment, « Laisse-moi m’occuper de toi le reste de la nuit. Tu l’as bien mérité ! »

« Honnêtement…laisse-moi juste… » Il a posé sa tête dans sa poitrine et s’est presque immédiatement mis à ronfler. Elle ne put que rire, réalisant à quel point cela devait être fatigant pour lui. Elle se contenta de tendre la main et d’éteindre la lumière, s’endormant avec lui dans ses bras.

D’autres histoires érotiques à lire :

Un amant pour une épouse trop gentille

Un amant pour une épouse trop gentille

Mélanie Sipouncinni s'est agrippée à la tête de lit et a cambré le dos pendant que son mari l'amenait à un orgasme incroyable avec sa langue. Il a continué à lécher sa chatte alors que les vagues de son orgasme déferlaient sur son corps et que ses cuisses se...

Etudiante soumise à professeur dominant

Etudiante soumise à professeur dominant

Le sourire qu'elle arborait devait être ce qui la trahissait. Ça, ou bien le léger remuement sur sa chaise accompagné d'un coup d'œil peu fréquent de ses genoux vers l'avant de la salle, dans une piètre tentative pour donner l'impression qu'elle était attentive. M....

La jeune voisine a besoin de moi

La jeune voisine a besoin de moi

Noémie était la fille d'à côté - littéralement. Ses parents ont emménagé à côté de chez moi juste après que j'ai acheté mon propre appartement et je l'ai effectivement vue grandir, passant d'un peu garçon manqué à une gentille jeune femme. Actuellement, elle a un peu...

Orgasme avec le chocolat

Orgasme avec le chocolat

C'était une soirée mémorable et pleine de surprises alors que nous allions manger à l'italienne. Catherine était vêtue d'une robe noire qui soulignait ses moindres courbes et bruissait légèrement lorsqu'elle s'est dirigée vers la table pour s'asseoir. Comme je suis un...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-nous sur Amazon